Après une présentation remarquée lors de quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes, le film “Une fille facile” de Rebecca Zlotowski sort au cinéma ce mercredi 28 août 2019. Découvrez notre critique et notre avis sur ce conte rohmérien moins futile qu’il y paraît…

Synopsys et bande annonce du film “Une fille facile”

Naïma a 16 ans et vit à Cannes. Alors qu’elle se donne l’été pour choisir ce qu’elle veut faire dans la vie, sa cousine Sofia, au mode de vie attirant, vient passer les vacances avec elle. Ensemble, elles vont vivre un été inoubliable.

Critique du film : avec “Une fille facile”, Rebecca Zlotowski revisite le mythe de la bimbo

Un film qui s’ouvre sur une contradiction…

Une citation du mathématicien et philosophe du XVIIe siècle Blaise Pascal sur l’importance de trouver un métier («Le plus important dans la vie, c’est de choisir un métier. La chance est la clé») s’inscrit sur une plage ensoleillée moderne, où femme seule marche sur l’eau en bikini. Cette pièce avec des contradictions met en scène le dernier film de Zlotowski, dont la prémisse est simple : une histoire d’arrivage à l’âge mûr qui se déroule entre deux jeunes femmes de la Côte d’Azur.

Naïma (Mina Farid) vient d’avoir 16 ans et passe l’été dans sa modeste maison familiale à Cannes, où sa famille travaille dans un hôtel haut de gamme local. Elle aide habituellement en été mais est maintenant réticente. Elle préfère passer son temps avec ses camarades de classe, se détendre sur la plage le jour et faire la fête la nuit. Quand sa cousine Sofia (Zahia Dehar) se présente à l’improviste pour vivre avec elles, Naïma devient jalouse du glamour et du raffinement de sa nouvelle colocataire, de telle sorte que seule une jeune fille de 16 ans pouvait admirer une femme. Sofia, une figure ressemblant à Bardot qui attire l’attention des hommes partout où elle va, commence une liaison avec Andrès (Nuno Lopes), un homme âgé qui s’est arrêté à Cannes dans son yacht de luxe. Naïma, naïve et excitée, côtoie sa cousine et commence à voir comment vit l’autre côté – ou plutôt le 1% -.

VOIR AUSSI : Vous êtes en couple avec une fille indépendante ? Voici 10 trucs à savoir absolument !

Zlotowski a commencé à travailler sur Une fille facile après une rencontre fortuite avec Zahia Dehar, qui joue Sofia

Une fille facile Zahia Dehar- 2

Dehar, femme d’affaires et mannequin algéro-française, est devenue une vedette du tabloïd en France en 2010 après avoir été prise dans un scandale d’escorte mineure impliquant l’équipe de football nationale de France. À seulement 18 ans, elle est devenue le visage involontaire d’un scandale national, un symbole de la prédilection de notre culture pour louer la féminité, mais seulement pour la profaner à l’extrême (comme les modèles Kardashians ou Instagram aujourd’hui). Dans la presse à scandale, elle a été surnommée la scandaleuse – la femme scandaleuse.

Elle est ensuite devenue la muse de Karl Lagerfeld et une entrepreneure et designer avec sa propre ligne de lingerie. Le double statut de Dehar aux yeux du public en tant que Madonna et putain, quelqu’un que les gens aimaient ou haïssaient ou, le plus souvent, aimaient haïr, intriguait Zlotowski. Il lui a semblé que Dehar n’était pas considérée comme une personne à part entière, mais plutôt comme un lieu de débat sur le rôle d’une femme. Le fait que les femmes soient généralement récompensées pour leur beauté par-dessus tout ne correspond pas aux qualités que la société nous dit de valoriser : le travail, la modestie, la gentillesse.

Des femmes comme Sofia Dehar exposent le fossé qui sépare une rhétorique bien intentionnée du monde tel qu’il est. On en parle presque toujours dans des termes très contradictoires: à la fois puissant et extrêmement trivial; très jeune mais apparemment assez mature pour être sexualisé. Cette incohérence trahit le fait que nous ne savons toujours pas ce que nous voulons que ces personnalités disent, en plus d’agir en tant que sites passifs d’adoration et de haine publiques.

Une fille facile présente le cliché de la bimbo afin de le déconstruire et montre à quel point cette “haine” est mal dirigée

Sofia Dehar est une femme attentive à son image, choisissant de supprimer sa vie intérieure et de poursuivre son aventure. Elle ne parle pas beaucoup lors des dîners et s’abstient de trop en révéler sur sa vie personnelle. Naïma est surprise de constater que Sofia est visiblement épuisée sur le petit balcon de son appartement et qu’elle est affligée du décès récent de sa mère (une chose qu’elle ne revient jamais). À première vue, la vie de Sofia semble facile. Naïma la rejoint lorsqu’elle entre dans les boutiques de créateurs avec la carte de crédit d’Andrès, ainsi que des vins et des dîners avec ses riches amis. Dans cette idylle, il n’est pas surprenant que les tensions entre les classes mijotent. Le personnel du yacht s’attarde discrètement sur les filles; Les amis d’Andrès ignorent ou se moquent de Sofia; Dans la demeure d’un collectionneur d’art, Andrès et ses amis discutent avec passion de la question de savoir si un «riche anarchiste» est une contradiction.

Ce n’est pas perdu de vue que Naïma et Sofia sont deux Maghrébines à Cannes, emmenées exclusivement par des Européens de race blanche. «Penses-tu que Sofia est libre?» Demande sceptiquement la mère de Naïma, lorsqu’elle voit sa fille se retirer de ses anciens amis à la recherche de la vie éblouissante de son cousin. Seule Sofia a un pouvoir limité dans sa vie actuelle, et elle le sait. La beauté s’estompe, de même que la capacité d’une jeune femme de se faire aimer par des play-boys toujours ennuyés.

VOIR AUSSI : The operative : critique et avis du film 2019 avec Diane Kruger

L’hypervisibilité de ces icônes féminines de la culture pop se fait au détriment d’une personnalité complète

Des femmes comme Sofia, a noté Rebecca Zlotowski lors d’une séance de questions-réponses après le dépistage, sont si souvent vues mais ne sont pas entendues. «Je ne sais toujours pas à quoi ressemble la voix de Kate Moss», at-elle expliqué. Quand nous regardons Sofia, nous ne cherchons pas une personne mais nos propres peurs sublimées de ce que peut être une femme. Il serait peut-être plus intéressant de ne pas demander à qui nous cherchons toujours, mais qui le fait. Une fille facile est tout autant une fouille dans le vide d’un cliché qu’un méta-commentaire sur les hypocrisies inégales qui la sous-tendent: «Je voulais demander qui sont les vrais exhibitionnistes de notre société», a expliqué Zlotowski. “Est-ce une femme en string, comme on le pense souvent, ou des playboys comme Andrès?”

Notre avis : laissez-vous séduire par “Une fille facile”

Ce film est une étude contemporaine de la beauté et de la sexualité comme armes de progression sociale en milieu tempéré. Un film de vacances gorgé de désir qui nous propose une remise à zéro des compteurs pour retrouver le gout des premières fois et l’envie d’avoir envie. Alors que la déprime liée à la rentrée pointe déjà le bout de son nez, laissez-vous séduire par “Une fille facile” qui saura vous ramener à l’insouciance estivale… non sens oublier de distiller une habile critique sur le rôle de la femme dans notre société !

Affiche du film et informations

Date de sortie : 28 août 2019
Durée : 1h 32min
Réalisatrice : Rebecca Zlotowski
Casting : Mina Farid, Zahia Dehar, Benoît Magimel, Clotilde Courau, Nuno Lopes…
Genres : Drame, Comédie
Nationalité : Français

Affiche du film "Une fille facile" de Rebecca Zlotowski 2019)
Virginie Hamel
Rédactrice web passionnée par la culture, le cinéma et l'actualité insolite. J'adore partager mes découvertes et donner mon avis et des conseils sur des sujets très variés.

    You may also like

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *