Little Joe film

L’approche peu orthodoxe de Little Joe pourrait dérouter les amateurs d’horreur attirés par son principe – mais, à l’instar de son personnage principal, le résultat final exerce un effet terrifiant…

Little Joe de Jessica Hausner : synopsys et bande annonce

Alice, mère célibataire, est une phytogénéticienne chevronnée qui travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière qui rend son propriétaire heureux si elle est choyée. Alice va en offrir une à son fils. Cependant, à mesure que la plante grandit, Alice est saisie de doutes quant à sa création : peut-être que cette plante n’est finalement pas aussi inoffensive qu’elle y paraît…

VOIR AUSSI : Les 14 films de geek les plus attendus de la fin d’année 2019

Le bonheur est contagieux… critique et explication du film

Un film anxiogène très lent… mais qui sait faire monter la pression !

À peu près tous les films d’horreur ont une ouverture assez longue pour faire monter progressivement la tension avant d’entrer dans le film du sujet. Cela va généralement de 20 minutes à 45 minutes qui avance lentement dans un mode d’inquiétude anticipative. Il faut de l’audace, et une habileté spéciale, pour maintenir cette atmosphère de terreur prémonitoire au début d’un film. Et c’est ce qui se passe dans «Little Joe», un film d’horreur astucieusement hypnotique et énervant par sa lenteur sur une plante très sinistre.

Little-Joe-film-00

Après le générique d’ouverture, la caméra plane sur des rangées et des rangées de fleurs alignées dans une sorte de laboratoire vitré blanc. Il est difficile de ne pas remarquer que les fleurs ont l’air un peu phalliques, et quand on les regarde en gros plan, les ampoules, avec un peu de rouge qui pointe vers le haut, suggèrent que les mouches à tête de Vénus juste après avoir mangé. Des années de thrillers d’horreur nous ont amenés à étudier une scène comme celle-ci et à nous attendre à l’éruption de quelque chose d’horrible : un alien, peut-être, ou des gousses de graines de monstres comme celles de «Invasion of the Body Snatchers». Joe ”veut que nous soyons discrètement perturbés par ces plantes. Nous les regardons et nous nous demandons : est-ce une pépinière de l’enfer ?

Un énième remarke de “The Body Snatchers” ?

La réponse est oui, en quelque sorte… “Little Joe” est une variante de “L’Invasion des profanateurs de sépultures” (Invasion of the Body Snatchers), un film de science-fiction sorti en 1956 et inspiré d’un roman de Jack Finney. Mais ce n’est pas que un énième remake… La cinéaste autrichienne Jessica Hausner, qui réalise son premier long métrage en anglais (et son quatrième film à Cannes), reprend le thème du film culte – des personnes transformées en sinistres réplicants conformistes – et remet à jour d’une manière singulière et dérangeante.

Little-Joe-film-02

Dans «Little Joe», Hausner travaille dans un style effrayant moderniste et délibéré, qui rappelle les premiers David Cronenberg et le Stanley Kubrick de «The Shining». Elle nous tient dans une transe raffinée, fascinée ce qui nous attend au coin de la rue. Gardant sa caméra en mouvement avec un voyeurisme lent, elle transforme ces plantes en “créatures” inquiétantes, même lorsqu’elles sont juste immobiles et qu’elles semblent innocentes.

Un film botanique qui alterne entre horreur et science fiction

La pépinière high-tech dans laquelle se déroule le film fait partie de Planthouse Biotechnologies, un laboratoire d’élevage de plantes en Angleterre qui utilise le génie génétique pour créer de nouvelles races rentables. Les semis aperçus dans la scène d’ouverture sont la création d’Alice Woodard (Emily Beecham), une sélectionneuse de plantes senior de la société qui a eu l’idée d’une fleur qui dégage un parfum si ambré qu’il rend les gens euphoriques juste en le sentant. Les fans de la super-vilaine Poison Ivy issue de l’univers DC Comics apprécieront !

Little-Joe-film-01

Alice emmène une des plantes chez elle, où elle vit en tant que mère célibataire avec son fils, Joe (Kit Connor), qui semble avoir environ 12 ans. Mettant la plante sur une table avec une lumière, elle la nomme même : Little Joe.

VOIR AUSSI : The operative : critique et avis du film 2019 avec Diane Kruger

Une plante dont l’odeur rend heureux… avant le désastre !

Le parfum de la fleur est vraiment divin. Les gens absorbent un éclat fumant de pollen leur humeur se transforme. Ils se sentent heureux. Mais ils se sentent aussi différents… Ils ne se sentent plus complètement comme eux-mêmes et n’agissent plus de la même manière. Ils sont un peu placides, un peu neutres, un peu dans leur propre zone. Ils ne sont plus engagés – pas vraiment – avec le monde extérieur. Mais cela n’a pas d’importance (du moins pour eux), car la nouvelle façon dont ils se sentent est tout aussi bonne; en fait, ça va mieux. Ils veulent continuer à se sentir comme ça. Et grâce à l’effet de Little Joe, ils le font.

Little-Joe-film-plante

Une vision satirique de l’âge des drogues psychopharmacologiques

“Little Joe” se présente comme une vision satirique surprenante de l’âge des drogues psychopharmacologiques. Les plantes de «Little Joe» ne sont ni plus ni moins qu’une sorte d’antidépresseur. Et en ce qui concerne le drame du film, ce qui est sinistre, ce n’est pas seulement le changement de comportement que nous notons dans différents personnages : d’abord Joe, un gentil garçon qui devient discrètement indifférent à sa mère, puis Chris (Ben Whishaw), l’assistant dévoué d’Alice au projet d’usine, qui a le béguin pour elle, mais semble alors se transformer en un drone de bureau.

Non, le problème, c’est la loyauté qu’ils développent envers l’usine qui les a transformés. Une fois convertis dans leur nouvel état de contentement étrangement engourdi, ils deviennent farouchement protecteurs de leur nouvelle façon d’être; personne n’est autorisé à le remettre en question. Et c’est la poussée allégorique cinglante de «Little Joe». Elle présente un paysage de zombies médicamenteux qui s’associent dans un culte pour leur propre bien-être et qui considèrent leur nouvel État comme une idéologie – pas seulement une façon d’être mais aussi une voie. Symboliquement, ce sont des toxicomanes qui ne le savent pas, accrochés au parfum intérieur sinistre des drogues qui modifient l’humeur.

Avis sur le film Little Joe

Votre réaction à «Little Joe» pourrait bien dépendre de votre propre opinion sur les antidépresseurs – que vous pensiez que ce soit une force de bien sans égal, une conspiration à but lucratif menée par Big Pharma (avec l’établissement psychiatrique comme agent de commercialisation / facilitateur), ou quelque chose entre les deux. Mais compte tenu du peu de critiques directes que nous pouvons rencontrer dans les médias sur notre culture de la drogue psychotrope, il se peut qu’un film d’horreur – même s’il s’agit d’un film d’artiste frémissant délicat et sobre – constitue le moyen idéal de présenter l’argument selon lequel nous ‘. re devenir une société de personnes trop artificiellement accrochées au bien-être, peu importe le coût, pour voir quoi que ce soit en dehors de celle-ci.

Fiche technique et affiche du film

Date de sortie : 13 novembre 2019
Durée : 1h 45min
Réalisatrice : Jessica Hausner
Acteurs : Emily Beecham, Ben Whishaw, Kerry Fox
Genres : Science fiction, Horreur, Drame
Nationalités : Autrichien, Allemand, Britannique

Little Joe : affiche du film
Virginie Hamel
Rédactrice web passionnée par la culture, le cinéma et l'actualité insolite. J'adore partager mes découvertes et donner mon avis et des conseils sur des sujets très variés.

    You may also like

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *