Beaujolais Nouveau

Tous les œnologues vous le diront, le beaujolais nouveau, est un vin d’une qualité très moyenne pour ne pas dire médiocre. Et pourtant, chaque année, à l’arrivée de ce vin, le troisième jeudi de novembre, une vague d’enthousiasme parcours, fêtards amateurs de vins et clients de bistrots. Il est donc tout naturel de se demander qu’est-ce qui se cache derrière le succès de ce vin, loin d’être le meilleur d’un point de vue œnologique. Rendez-vous le jeudi 21 novembre pour déguster la nouvelle cuvée 2019 !

Une “fausse” tradition récente issue d’une stratégie marketing

On aurait tendance à croire que le beaujolais nouveau est un vin issu d’une tradition ancestrale. Il n’en est rien. En réalité il s’agit d’un vin jeune dont l’engouement est tout sauf traditionnel. Ou plutôt qui est tout récemment devenu “traditionnel”. Pour comprendre comment, il faut regarder sa genèse de plus près. Au sortir de la seconde guerre mondiale, la région du beaujolais, est en difficulté. L’activité économique y est au plus bas, et le secteur viticole n’est pas épargné. Afin de relancer les ventes, Georges Duboeuf, un grand négociant en vins à une idée de génie. Créer de toute pièce une fausse tradition pour relancer les ventes de ses productions. Pour y parvenir, il table sur une stratégie d’inondation. Il commercialise son vin à bas coup et en grande quantité. Et profite des périodes creuses pour saturer le marché de son vin.

Georges Duboeuf : l'inventeur du Beaujolais Nouveau
Georges Duboeuf : l’inventeur du Beaujolais Nouveau

Une stratégie marketing gagnante qui a pour effet d’attirer l’attention de la clientèle sur son produit. Pour asseoir l’image de son vin, il y crée autours tout un rituel. A commencer par la date. L’état français aidant, accorda l’appellation “beaujolais nouveau” au vin en 1951. Le vin était alors disponible jusqu’a 15 décembre. Les vins étaient mis sur le marché à des dates légèrement différentes les unes des autres en fonction de la vinification des bouteilles. Ensuite, dans un soucis d’uniformisation, il fut décidé que le vin se vendrait à partir du 15 Novembre. Ce n’est que plus tard, pour perfectionner une image de tradition que le troisième jeudi de Novembre fut choisi. Un petit plus a même été ajouté. Les bouteilles ne devaient être ouvertes qu’à minuit, nuit du Mercredi au Jeudi. Un phénomène unique se produisit alors. Les japonais, grands amoureux de vins français, étaient les premiers à le savourer au monde.

Un vin éphémère à déguster rapidement

Ce qui génère l’engouement autours du beaujolais nouveau, c’est également la courte durée de sa disponibilité. Seulement une quinzaine de jours après l’ouverture de la saison. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un vin que les oenologues appellent un vin primeur. C’est à dire un vin de l’année même qui doit se consommer rapidement après sa production. Et c’est bien connu tout ce qui est rare ou qui est appelé à disparaître rapidement exacerbe mécaniquement la demande.

Le beaujolais nouveau est synonyme de fêtes

fête du Beaujolais Nouveau

Ce vin est bu durant la période des fêtes de fin d’année. Naturellement il y est donc associé. Et est devenu au fil du temps le vin avec lequel les vendanges de l’année sont célébrées. Réputé léger, le beaujolais nouveau est une boisson compatible avec tous les moments de la journée. Aussi bien en accompagnement qu’en apéritif. Il est synonyme de convivialité et de rassemblements de famille. Il est d’ailleurs à ce titre nommé “vin de soif”.

Un vin qui séduit à l’étranger

Contrairement aux autres vins primeurs, le beaujolais nouveau est un vin qui s’exporte très bien. Surtout en Asie. Georges Duboeuf qui a exécuté la besogne jusqu’au bout a su faire connaître le vin jusqu’en extrême orient ou les japonais apprécient grandement ce vin considéré comme étant très spécial chez eux. Certainement à cause de l’éloignement notoire de son pays d’origine et donc des connotations exotiques qu’il évoque automatiquement. 

Le beaujolais nouveau arrive le 3e jeudi de novembre

Ce vin, au fil des ans voit son goût ne changer que très peu, ce qui agit en sa faveur. Car cela lui confère une garantie de constance et lui permet de réunir autours de lui une communauté d’amateurs qui viennent rechercher en lui son bouquet si particulier. Autre chose qui mérite d’être mentionné, est qu’à l’international, le vin bénéficie de l’image de tradition française dont il est considéré comme étant l’ambassadeur. Le label made in France, fait de ce cru une boisson que l’on aime déguster pour se sentir en France. C’est donc toute la culture française qui est derrière ce vin à l’étranger et qui y explique donc son succès. 

Pourquoi le beaujolais nouveau a pris une place si importante dans la culture française ?

Les autres vin sont considérés comme appartenant à une atmosphère différente. Plutôt gastronomiques, les autres vin visent la qualité et le raffinement et appliquent des prix en conséquence. Le beaujolais nouveau à une place particulière dans la culture car c’est un vin au prix particulièrement abordable, sans être trop mauvais. Fabrizio Bucella, sommelier de renom, explique que durant la crise des années 50 le beaujolais nouveau s’est imposé comme vin de qualité passable et au prix abordable. Ce qui a grandement contribué à le populariser. 

Nicolas Lefevre
Passionné de culture et de voyage, cette surface d'expression me permet de vous livrer mon avis sur mes trouvailles.

    You may also like

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *