John Krasinski, Maya Rudolph, Jeff Daniels, Maggie Gyllenhaal, Allison Janney, Catherine O’Hara sont les vedettes de Away We Go, film de Sam Mendes. En voici notre critique.

Away We Go du réalisateur oscarisé Sam Mendes prend l’affiche au cinéma le 12 juin 2009. Mettant en vedette John Krasinski, Maya Rudolph, Jeff Daniels, Maggie Gyllenhaal, Allison Janney, Catherine O’Hara, le film raconte l’histoire d’un couple qui décide de faire un tour d’Amérique du Nord pour trouver l’endroit idéal pour élever son futur enfant. On suit donc leur périple en cinq tableaux; six si on décide de compter celui avec les parents du personnage de Burt Farlander.

La bande-annonce VOSTFR :

Burt Farlander (John Krasinski) et Verona De Tessant (Maya Rudolph) attendent leur premier enfant. Installés dans le Colorado à la demande des parents de Burt (Jeff Daniels et Catherine O’Hara), ces derniers, en bons baby-boomers égoïstes et totalement déconnectés, décident de louer leur maison à de parfaits étrangers et d’aller s’installer en Belgique. Burt et Verona prennent donc la décision de trouver la ville parfaite pour élever leur petit et entament alors un tour de l’Amérique du Nord en rendant visite à toutes les personnes de leur carnet d’adresse.

Premier arrêt: Phœnix, en Arizona, pour aller voir Lily (Allison Janney). Ancienne collègue de Verona, cette mère de famille complètement disfonctionnelle prend plaisir à humilier sa fille, à révéler, dans un lieu public et à vois haute, des détails intimes de sa vie en prenant le couple de trentenaires à témoin. Puis, direction Tuscon, où ils passent un peu de temps avec Grace, la soeur de Verona et croisent, dans le lobby d’un hôtel, la mère d’un petit garçon, complètement obsédée par la réussite de son fils. On retrouve ensuite Burt et Verona à Madison. Ils vont y voir LN (excellente Maggie Gyllenhaal), une grano un peu à côté de la plaque qui se lance dans un grand discours anti-poussettes. Ils fuient donc rapidement vers Montréal, rencontrer un couple d’amis, Tom et Munch (Chris Messina et Melanie Lynskey), pour ensuite être appelés à Miami par le frère de Burt, dont la femme vient de le quitter.

Affiche du film "Away We Go" de Sam Mendes

À chaque tableau, des interrogations sur le rôle des parents, l’amour, la vie en société, l’enfance… des questions simples et profondes, auxquelles il n’y a pas de bonnes réponses. Beau, touchant, émouvant, drôle, Away We Go (Ailleurs nous irons au Québec) porte la signature Mendes. Mais de la part du réalisateur qui nous a donné American BeautyRoad To Perdition ou Revolutionary Road, on s’attendait à mieux. Car ce dernier opus verse dans la caricature parfois un peu lourde. C’est dommage.

Notez cet article

Virginie Hamel
Rédactrice web passionnée par la culture, le cinéma et l'actualité insolite. J'adore partager mes découvertes et donner mon avis et des conseils sur des sujets très variés.

    You may also like

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *