Aujourd’hui très présents dans nos maisons et sur nos smartphones, les assistants vocaux sont de véritables partenaires de notre quotidien. Ils allument les lumières, font des recherches sur le net, surveillent notre habitations et sont totalement entrés dans nos vies. Mais ces derniers temps, ils sont remis en question. Seraient-ils en fait des espions ?

Google, Apple et Amazon… des oreilles indiscrètes dans les enceintes connectées

Qu’il s’agisse d’Alexa, de Siri ou de Google Assistant, les assistants vocaux entendent tout ! Ils sont présents du lever au coucher de leur utilisateur et participent en quelque sorte à leur vie. Vous cherchez un bijoutier pour offrir un cadeau ? Vous avez besoin de la météo pour savoir quoi emporter pour votre séjour ? Bref, vous le voyez, on discute aisément avec ces petits appareils et on leur dit tout sur nous sans méfiance.

google home assistant

Il est vrai que l’on ne pense pas toujours que derrière l’appareil peuvent se cacher des humains qui écoutent nos propos, étudient nos recherches et vont en savoir plus sur nos vies intimes. C’est pourtant, aujourd’hui, un fait avéré, Amazon, Google ou encore Apple ne créent pas que de gentils petits équipements. Ils nous écoutent !

Une enquête parue le 11 avril 2019 a été la première à dénoncer ces agissements. Avec Alexa, l’entreprise Amazon met un pied directement chez vous. L’objet connecté fait le lien entre vous et des oreilles indiscrètes. L’excuse du fabricant ? Écouter vos propos pour mieux cerner vos besoins et donc y répondre plus précisément.

Google Assistant en juillet puis Apple et enfin Microsoft avec Cortana ont suivi et chacun se défend de la même manière : l’écoute est justifiée par un besoin d’en savoir plus (!) pour nous aider au mieux.

VOIR AUSSI : Cybersécurité : 7 astuces pour se protéger des cyberattaques chez soi

Assistants vocaux : est-ce vraiment de l’espionnage ?

Depuis cette étude, on se méfie de Siri ou d’Alexa. Que font réellement ces assistants vocaux ? Amazon indique que l’utilisateur n’est pas écouté en permanence. Il ajoute que l’enregistrement s’effectue lorsque l’utilisateur met en route son assistant en prononçant un mot particulier – ici Alexa. Ce qui revient à dire que l’enregistrement peut avoir lieu n’importe quand ! À l’autre bout de l’équipement connecté, des humains retranscrivent les propos entendus pour mieux vous comprendre. Cette « espionite aiguë » touche également les services tels que Skype, Messenger ou encore la Xbox.

Le fait de ne pas être au courant que l’on est écouté pourrait faire penser qu’il s’agit bel et bien d’espionnage. D’autant que le mot magique, qui met en route la machine, peut être involontairement prononcé. L’assistant vocal peut aussi mal comprendre et se mettre en marche sans que l’utilisateur ne se soit adressé à lui. Certains collaborateurs d’Apple ont indiqué que plusieurs conversations intimes étaient audibles par leurs services. Google et Amazon se sont par ailleurs protégés en incluant dans leurs conditions d’utilisation que certains extraits de conversation pouvaient être écoutés. Accepter ces conditions, c’est donner son consentement…

Assistants vocaux : est-ce vraiment de l’espionnage ?

De plus, comme l’indique Google, ces écoutes ne concernent que 0,2% des demandes adressées aux assistants. Enfin, sachez que si vous trouvez que votre assistant vocal est particulièrement intelligent, ce n’est pas grâce à sa technologie. Une intervention humaine, les petites oreilles qui vous écoutent, interviennent pour déterminer vos besoins et les comprendre au mieux.

Vont-ils continuer à nous écouter après ces révélations ?

Mis à mal par ces révélations, deux géants – Apple et Google – ont décidé de suspendre les écoutes via les assistants vocaux. Cet arrêt a d’ailleurs été imposé à Google par une autorité locale allemande. Il semble donc que nous allions vers un plus grand respect de notre vie privée.

Toutefois, pour se prémunir au mieux de ces interventions indiscrètes, il est possible de réaliser quelques actions. Ces assistants vocaux sont en permanence en veille. La première des choses à réaliser est donc de les éteindre – ou de couper le micro – lorsque vous souhaitez être tranquille. Alexa ou Siri ne pourront ainsi pas se mettre en marche lorsqu’ils croiront avoir entendu leur nom ! Pensez aussi régulièrement à vider la mémoire – historique – de l’appareil connecté.

N’oubliez jamais que ces assistants intelligents vous écoutent et que derrière ces petits appareils se cachent des humains. Triez vos propos. Ne parlez pas de vos exploits sexuels de la dernière nuit ! Des petits curieux pourraient en profiter !

Assistants vocaux : saviez-vous que les géants du web vous écoutent ?
5 / 1 vote

Yoann Pages
Je suis tombé dans la marmite du digital quand j'étais tout petit !

    You may also like

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *